Catégories
Notes de conjoncture

Note d’octobre 2019

Il est désormais de bon ton de parler de dé-globalisation au travers de discours politiques et d’une volonté de repli sur soi à défaut de parler de protectionnisme ou autres chimères protectionnistes. Il faut désormais diaboliser un monde ouvert, mettant au rebut ce que nous avons magnifié précédemment. Ce monde ouvert a pourtant profité à nombre d’entreprises occidentales et soutenu la croissance mondiale, via l’impératif de certains émergents de s’équiper ainsi que la montée en puissance exponentielle de nouvelles classes moyennes.

Cette diabolisation, parfois justifiée par des dérèglementions, est, n’en doutons pas amplifiée par de nouveaux lobbyistes qui voient dans ce nouveau repli sur soi, la possibilité de nouveaux marchés.

La diabolisation amplifie le bruit réel et s’accompagne d’un retour en arrière sociologique où la permissivité parfois normale d’hier, devient le défaut d’aujourd’hui.

De fait, les échanges mondiaux, qui ont crû régulièrement au cours de deux dernières décennies, se contractent fortement, aidés par une guerre commerciale appelée à durer.

Diminuer le taux de carbone en produisant au plus près du consommateur n’est pas une mauvaise idée, à condition d’être capable de produire en quantité nécessaire, avec un coût compétitif, et une main d’œuvre appropriée. Sinon, ce sera le consommateur qui en supportera le renchérissement du prix ou les entreprises qui limittront inexorablement leurs marges. Mais cette diabolisation vient à bon escient à la bouche de bon nombre de politiques, qui ont laissé faire tant d’années une forme inhumaine de libéralisme où la valeur du travail devenait peccadille face aux profits financiers. Y trouvent-ils un moyen de se racheter une vertu, ou de pallier au plus vite à la satisfaction d’un électorat déçu et peu au fait des impératifs d’un monde en mutation ?

Ce retour « à la maison » appelé encore Patriotisme économique par le Président Trump pourrait avoir des vertus s’il impliquait des plans d’investissements conséquents pour préparer l’avenir. Ce qui, du reste, est réclamé inlassablement par certains banquiers centraux.

Entre Globalisation à outrance et diabolisation, il en est comme de toute chose un juste milieu qui pourrait se traduire par la réintégration de l’homme comme premier capital de toute société libérale.

Ceci éviterait de voir une période d’expansion incroyablement longue aux Etats Unis, qui serait probablement peu dynamique à l’avenir, mais qui aura vu en même temps le nombre de pauvres exploser.

Edito (suite) : Don’t fight the FED !

Cette maxime est bien connue depuis de nombreuses années. « Ne vous battez pas contre la banque centrale américaine (FED) » et encore moins en ce moment, où ce n’est pas seulement la FED qui cherche à maintenir une croissance nonchalante mais également de nombreuses institutions monétaires, à travers le monde. Il est vrai que les indicateurs économiques ne traduisent pas une embellie avec des indices PMI manufacturiers qui viennent de passer sous la barre des 50 (niveau de croissance), mais dont il faut relativiser l’impact car le secteur manufacturier ne représente plus qu’un modeste pourcentage du PIB. De plus, ces mêmes indices calculés sur un plus grand nombre d’entreprises (PMI Markit) présentent une meilleure configuration, moins pessimiste. Il est un fait que l’économie mondiale ralentit aussi bien à cause d’une guerre commerciale durable mais aussi en raison de la formidable période d’investissements passée qui nécessite logiquement une pause durable. S’additionnent toujours à cela, les risques géopolitiques et la désormais totalement incompréhensible politique britannique.

Sans nos amis banquiers centraux, il serait des plus téméraires d’investir en actions sachant que les alternatives de placement sont désormais comme des « terres rares ».

Octobre est un mois qui laisse des souvenirs amers et rester investi sans se surexposer dans un tel environnement nécessite d’accepter encore et toujours plus de volatilité.

Mais rappelons que certaines entreprises continuent de bénéficier de l’appétence des consommateurs et offrent particulièrement en Europe des dividendes bien supérieurs aux taux des marchés obligataires.

Volatilité, née de l’environnement économique, des propos de Boris Johnson ou du plus grand « twittman » de l’humanité, à savoir le Président Trump qui exerce son « talent » généralement entre deux parties de golf. Mais volatilité aussi, due à l’absence d’investisseurs finaux laissant libre cours à la gestion passive, aux arbitragistes et autres traders.

Ceux-ci provoquent des décalages de cours parfois injustifiés, aidés aussi par une liquidité peu abondante, comme ce fut le cas pour une société cotée annonçant encore trois nouvelles grosses commandes confortant son avenir radieux, mais dont le cours de bourse a reculé de plus de 4% sur une séance sans aucune justification.

Tout ceci a de quoi lasser l’investisseur fébrile, énerver le gérant de fonds mais certainement pas le « fin » connaisseur du dossier.

Nous n’entrevoyons pas de récession dans les mois à venir quant à prévoir un Krach comme évoqué par de nombreux experts de la prévision, l’histoire nous prouve qu’il vient toujours par surprise, là où on ne l’attendait pas.

En attendant, le discours des banquiers centraux est clair dans leur volonté de soutenir le peu de croissance existante, donc « Don’t fight the FED », et de toutes façons, octobre n’a que 31 jours.

Contexte actuel (08/10/2019) : Blues d’automne et actions concertĂ©es  

Le mois de septembre a été plutôt propice aux différents marchés laissant espérer que tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ainsi, à fin septembre, ils affichent des hausses depuis le début de l’année de l’ordre de 20.02% pour le CAC40, 18.93% pour l’EUROSTOXX50, 15.39% pour le DOW JONES et 18,74% pour le S&P. La plupart de ces indices affichent de belles hausses sur le mois comprises entre +1.19% pour le S&P500 et le DOW et +4.16% pour l’Eurostoxx50 +3.60% pour le CAC).

Mais ces deux dernières semaines furent un peu plus compliquées, avec d’une part, une action concertée de la plupart des banques centrales incluant de nouvelles mesures très accommodantes, mises en place pour principalement soutenir leurs économies, dont le ralentissement se confirme au gré des chiffres macro-économiques. D’une autre part, la hausse de septembre a été annulée avec l’annonce de l’indice du secteur manufacturier américain (ISM) qui pour le deuxième mois consécutif a été publié en deçà des 50, suivi d’une légère déception pour l’indice du secteur des services en dessous du consensus attendu. Ces indices sont des indicateurs importants pour les investisseurs, qui n’aiment pas les voir baisser en même temps. Heureusement, le taux de chômage américain, publié ensuite s’est voulu rassurant avec un plus bas niveau depuis 50 ans.

Du coté du pétrole, il n’aura fallu que trois semaines pour que les cours reviennent en dessous de leurs niveaux d’avant attaque en Arabie Saoudite, après leur envol, suite à cet évènement.

Les négociations entre américains et chinois doivent reprendre cette semaine, alors que la guerre commerciale qu’ils se livrent commence à faire sentir ses réels effets sur les deux économies.

L’insolvabilité de certaines entreprises commence à poindre, avec des entreprises comme Thomas Cook qui n’ont pas réussi à se refinancer.

Enfin, le brexit semble avoir fait un pas de plus en avant vers une sortie sans accord (« no deal Â»), alors que ce jour, dans une interview, le prĂ©sident de la commission europĂ©enne, Mr Juncker, fustige le jeu jouĂ© par Londres.

La période des résultats américain va bientôt s’ouvrir, et permettra d’apprécier le poids des effets directs et indirects que la guerre commerciale sino-américaine pèse sur les sociétés.

Que penser du contexte actuel ? Face au stress et à la détresse générale sur les marchés les banques centrales sont présentes.

Rien de changé par rapport au mois dernier. Le même sentiment de paradoxe règne, d’autant plus que le ralentissement se confirme et que l’on aperçoit autant de signaux négatifs que de positifs.

Quelques petites craintes de rĂ©cession apparaissent, confortĂ©e par le mouvement sur le pĂ©trole que nous dĂ©crivions plus haut, qui pour certain, est un fort signal que la croissance n’est plus. En effet, la baisse des cours du pĂ©trole semble ĂŞtre dĂ»e aux anticipations de moindres demandes liĂ©es au ralentissement. D’autres en revanche, ont la certitude qu’une rĂ©cession ne pointera pas Ă  un quelconque horizon, car ils privilĂ©gient le scĂ©nario d’une croissance molle mais persistante (« Japanisation Â» des Ă©conomies), soutenue Ă  bout de bras par les mesures des banques centrales, et potentiellement relĂ©guĂ©es par des politiques importantes d’investissement dans les infrastructures, ou de baisse d’impĂ´ts des particuliers. Cette dernière arme, pourraient ĂŞtre utilisĂ©e par Trump durant le second trimestre 2020, afin de donner un coup de fouet Ă  sa campagne pour sa rĂ©Ă©lection.

Quant Ă  un possible accord entre la chine et les USA Ă  l’issue des nĂ©gociations qui vont repartir le 10 octobre, rien n’est moins sur ni impossible. Cette guerre ressemble de plus en plus Ă  un divorce qui n’en fini pas, avec un coup la chine qui veut nĂ©gocier et un autre les usa, mais pour le moment, aucun ne souhaite d’issue favorable en mĂŞme temps. Avec la procĂ©dure d’impeachment qui pèse sur Trump, les chinois pourraient ĂŞtre tentĂ©s Ă  prĂ©sent de jouer la montre, alors que Trump vient de dĂ©clarer qu’il souhaitait un accord global ! NĂ©anmoins, les chiffres Ă©conomiques parlent d’eux-mĂŞmes et pourraient inciter les deux blocs Ă  finalement s’entendre avant de plonger le monde en rĂ©cession. Nous restons persuadĂ© qu’un accord sera trouvĂ©, mais Ă  trop avoir voulu jouer la montre, Trump risque de se retrouver Ă  prĂ©sent dans un Ă©tat temporaire de faiblesse qui pourrait compromettre des chances d’accord. L’issue d’un tel match pourrait alors voir le jour au dĂ©but 2020, pour raison Ă©lectorale « of course Â» !

Nous avons mentionnĂ© Thomas Cook prĂ©cĂ©demment, entreprise qui n’a pas rĂ©ussi Ă  se refinancer, malgrĂ© un environnement oĂą les liquiditĂ©s abondent et oĂą les investisseurs sont pourtant Ă  la recherche du moindre excès de rendement. En effet, les taux nĂ©gatifs ont permis Ă  un plus grand nombre d’entreprise de combler leurs besoins en financement, souvent sans que le prĂŞteur n’ai « prĂŞtĂ© Â» d’attention suffisante en regard de son rating. Mais aux vues des conditions actuelles du marchĂ© obligataire, oĂą il faut aller chercher dans du « B Â» ou du « CCC Â» pour avoir du rendement, l’investisseur semble soudainement se reconcentrer sur son principal souci qui est celui de rĂ©cupĂ©rer son capital de dĂ©part. Aussi, cet exemple parmi d’autres, met Ă  jour des problèmes de solvabilitĂ© que les liquiditĂ©s trop abondantes semblaient avoir mis de cĂ´tĂ©.

Pour ajouter au stress actuel des marchĂ©s, dont la volatilitĂ© augmente au fur et Ă  mesure des publications des chiffres macro-Ă©conomiques que nous avons Ă©voquĂ©s prĂ©cĂ©demment, il y a le brexit et son risque accru de « no deal Â» que nous dĂ©crivions le mois dernier comme un possible outsider ! Cette ombre qui plane aussi bien sur la tĂŞte des europĂ©ens que des anglais, mais avec de plus gros effets pervers sur ces derniers, est un facteur de stress supplĂ©mentaire pour une Europe qui subit un ralentissement de ses Ă©conomies directrices.

Entre temps, en attendant les bons effets des futures « mesures Ă©lectorales Â» de Trump, d’une digestion du brexit et d’un lĂ©ger mieux sur les chiffres macro-Ă©conomiques qui devraient nĂ©anmoins se reprendre, les banques centrales viennent Ă  la rescousse, en pratiquent de nouvelles politiques accommodantes ou en injectant des liquiditĂ©s pour Ă©viter des mini crash bancaires. Leur volontĂ© se porte plus sur un rĂ©el soutient aux Ă©conomies que sur celle de faire baisser les taux coute que coute. Elles espèrent Ă©galement que les gouvernements prendront des mesures de relance adĂ©quates, d’autant plus que les taux bas se prĂŞtent Ă  des politiques de dĂ©pense !

Aussi, comme cela est mis en exergue dans l’édito, l’heure n’est peut-ĂŞtre pas Ă  « fighter Â» les banques centrales, et mĂŞme si l’humeur des marchĂ©s reste maussade en ce dĂ©but octobre, elle passera bien Ă  un moment. Soit parce que les marchĂ©s qui sont sous-investis en actions trouveront que le mouvement de consolidation a Ă©tĂ© suffisant pour reprendre du risque, soit parce que de moins mauvaises nouvelles, suite aux publications des sociĂ©tĂ©s amĂ©ricaines, viendront conforter les investisseurs que les actions ne sont finalement pas si chères, ou simplement parce qu’à fin octobre, la FED rebaissera Ă  nouveau ses taux, ce que beaucoup d’investisseurs attendent.  

Les marchés vont donc continuer à être tiraillés entre des bonnes et des moins bonnes nouvelles, inciter les investisseurs à prendre de plus en plus de risque pour gagner de moins en moins de rendement, tout cela, dans un contexte d’incertitude politique contrebalancé par une protection à la baisse du fait des actions des banques centrales. Ceci ne nous incite pas à modifier pour le moment, notre positionnement neutre en actions, tout en nous tenant prêt à saisir toute opportunité qui se présenterait.

Quelle politique d’investissement mettre en place ?  Nous maintenons notre pondĂ©ration quasi neutre en actions. 

Pour plus d’information sur nos services et nos allocations :

www.allocationsetconseils.fr

www.aetc.pro

Achevé de rédiger le 8 octobre 2019 par Pascal BERNACHON et Olivier BLITZ

AVERTISSEMENT

  • Ce document a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par la sociĂ©tĂ© Allocations & Conseils, reflĂ©tant ses convictions, n’est diffusĂ© qu’à titre informatif.
  • Les informations contenues ne constituent en aucun cas une incitation Ă  acheter ou Ă  vendre des titres, ni une quelconque sollicitation ou offre de souscription aux fonds d’investissement dĂ©crits dans le prĂ©sent document.
  • La sociĂ©tĂ© Allocations & Conseils peut percevoir une quote-part de rĂ©trocession sur frais de gestion liĂ©s Ă  certains OPC qu’elle conseille.
  • Il est rappelĂ© aux destinataires de ce document qui envisageraient de souscrire aux fonds dĂ©crits dans ce document qu’une telle opĂ©ration doit ĂŞtre exclusivement envisagĂ©e sur la base des informations figurant dans le prospectus des fonds, qui peuvent ĂŞtre diffĂ©rentes de celles prĂ©sentĂ©es dans le prĂ©sent document.
  • Aucune garantie, exprimĂ©e ou implicite, ne saurait ĂŞtre attachĂ©e au prĂ©sent document, ni de la part de la sociĂ©tĂ©, ni de ses dirigeants, en ce qui concerne l’exactitude, l’intĂ©gralitĂ© ou la prĂ©cision des informations qui y sont contenues. De la mĂŞme façon, la sociĂ©tĂ© et ses dirigeants dĂ©clinent toute forme d’engagement ou de responsabilitĂ© auprès de ceux qui auront pris connaissance de ce document.                               
  • La distribution de ce document peut ĂŞtre lĂ©galement interdite dans certains pays. Il appartient donc aux personnes qui en prennent connaissance de s’assurer par elles-mĂŞmes qu’elles ne rĂ©sident pas dans ces pays concernĂ©s, et le cas Ă©chĂ©ant d’en respecter les restrictions lĂ©gislatives. La distribution de ce document dans ces pays est susceptible de reprĂ©senter une atteinte Ă  la Loi.
  • Les performances passĂ©es ne sauraient prĂ©juger des performances futures. Les investisseurs sont susceptibles de subir de lourdes pertes par rapport Ă  leur investissement initial selon l’évolution des marchĂ©s et des cours de change.  De mĂŞme que les donnĂ©es prĂ©sentĂ©es se rĂ©fèrent Ă  des simulations des performances passĂ©es et ne prĂ©jugent en rien des performances futures.
  • Les performances prĂ©sentĂ©es sont les simulations de performances historiques de portefeuilles-types, utilisĂ©es comme indicateurs par la sociĂ©tĂ© pour le service d’allocations. Ces performances, qui sont brutes de toutes commissions, redevances et autres charges, n’intègrent donc pas l’impact des frais de gestion et / ou de transactions facturĂ©es par un quelconque teneur de compte et/ou le cas Ă©chĂ©ant par le rĂ©cepteur-transmetteur d’ordres. La mĂ©thode de calcul des performances des portefeuilles-types et des indices de rĂ©fĂ©rence, ainsi que la composition des indices de rĂ©fĂ©rence sont disponibles sur simple demande auprès d’Allocations & Conseils.
  • Les indications de performances, qui rĂ©sultent des simulations, ne sont pas certifiĂ©es et ne sont fournies que pour illustrer la prĂ©sentation gĂ©nĂ©rale du service de conseil en allocation que propose Allocations & Conseils, ce service nĂ©cessitant, pour ĂŞtre mis en Ĺ“uvre, la fourniture d’informations complĂ©mentaires et la prĂ©sentation de documents prĂ©contractuels et contractuels.
  • Certains mouvements peuvent ne pas impacter la totalitĂ© des portefeuilles gĂ©rĂ©s en raison de leur nature, de leur taille ou des contraintes qui leur sont propres. Les publications d’opĂ©rations rĂ©alisĂ©es ou Ă  venir dĂ©crites en page 7 et 8 ne constituent pas une recommandation d’investissement personnalisĂ©e. Elle ne contient aucune recommandation d’acheter, de vendre ou de conserver un ou plusieurs instrument(s) financier(s) relatif(s) Ă  un ou plusieurs Ă©metteur(s) et ne peut donc ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme tel.

© A&C 2019. Le contenu de cette communication, tout comme les logos et dénominations commerciales d’Allocations & Conseils sont couverts par le droit d’auteur. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *