Note de janvier 2018

Note de janvier 2018

By : -

Note de janvier 2018

Contexte actuel (05/01/2018) : Quel consensus pour l’année 2018 ?

Toute l’équipe d’Allocations & Conseils se joint à moi pour vous souhaiter une excellente année 2018. C’est une année de grands changements, notamment dans la réglementation, Elle devrait d’autant plus justifier le service d’accompagnement en parcours client, allocation d’actifs et justification de ces allocations, que nous proposons, à vous, Courtiers, Agents généraux, Conseillers en Gestion de Patrimoine, Family Offices et Multi-gérants. C’est aussi une année de transition, digitale pour bien la nommer, qui devrait à notre avis installer de plus en plus dans les mœurs de l’industrie financière, la gestion automatisée qui fait partie de notre service.

L’année 2017 s’est terminée, de façon mitigée sur les marchés actions, avec des marchés US qui ont clairement performés (plus de 25% sur le Dow Jones et de 19% sur le S&P en dollar), et des marchés européens qui se sont un peu retenus sur la fin, avec des performances de 9,26% sur le CAC et de 6,6% sur l’Eurostoxx50. Du côté des devises, l’euro s’est renforcé sur le dollar de 14%, quand l’or jaune s’est apprécié de plus de 13%, ainsi que l’or noir (BRENT), Tandis que les taux européens 10 ans sont remontés (respectivement à 0,778% pour l’OAT et 0,426% pour le BUND) là où le 10 ans US a légèrement baissé (2,405%). Cela n’est pas totalement en ligne avec les attentes de fin 2016, en dehors de l’appréciation des marchés actions, mais pas dans cette mesure.

Les anticipations pour l’année 2018 semblent tenir compte de cette constatation, et ce que nous retenons en premier lieu est que la plupart des perspectives sont plutôt favorables à une continuité dans la hausse des marchés actions, tout au moins pour le premier semestre. Le consensus semble aussi attendre un rebond de la volatilité de ces marchés actions. Sur les taux, il se dégage clairement du consensus que la normalisation des politiques expansives des banques centrales pourrait impacter les marchés des capitaux.

Contexte actuel (05/01/2018) : Quelles sont les opportunités à saisir…

La croissance globale reste un des principaux vecteurs de hausse pour les marchés actions selon la plupart des analystes. Le cycle d’expansion aux US, qui est le deuxième plus important après celui des années 90, devrait perdurer, selon un large consensus, et amener les marchés actions vers de nouveaux plus hauts. Cette phase d’expansion caractérise aussi la croissance mondiale plus généralement. Les bons fondamentaux des entreprises devraient aussi être très favorables aux marchés actions européens, sachant que la demande domestique européenne engendre la croissance. La croissance crée les emplois qui eux même génèrent de la demande. Ce cercle vertueux en Europe devrait continuer à opérer en 2018, selon les analystes économiques.

La faiblesse des rendements dans les pays industrialisés reste, elle aussi, un des principaux arguments qui justifient, pour le consensus, le maintien d’une exposition aux marchés actions. Certaines analyses vont même jusqu’à privilégier les rendements procurés par les dividendes de certaines banques à leurs obligations.

Sur les marchés actions, le consensus semble préférer l’Europe, le Japon et les émergents aux marchés américains. Néanmoins, sur ce dernier, les petites valeurs restent un axe privilégié d’investissement souvent mentionné par les analystes.

Le pétrole devrait rester dans un intervalle compris entre 40 et 60 USD pour le WTI. Il est tiré d’un côté à la hausse par la géopolitique et d’un autre à la baisse par les capacités de production des USA. Ces dernières devraient encore augmenter en regard des récentes dispositions prises par l’administration Trump en ce début d’année. Du coté des autres matières premières, les métaux devraient continuer à voir leur demande soutenue, notamment par les émergents, et les matières premières agricoles devraient aussi continuer de bénéficier d’une demande croissante.

Contexte actuel (05/01/2018) :  … et quels sont les potentiels risques.

Paradoxalement, la liste des risques semble nettement plus longue et fournie que celle des opportunités, expliquant la possible divergence de vue du consensus sur la deuxième partie de l’année à venir.

Parmi les différents risques qui reviennent dans la lecture des nombreuses analyses et perspectives des principaux brokers et société de gestion internationaux, ceux qui sont le plus souvent mentionnés sont :

  • Les risques géopolitiques, avec en tête de liste la Corée du Nord, suivie de près par les risques politiques aux USA, et potentiellement ceux qui pourraient être liés à la renégociation des accords commerciaux avec les USA, ceux liés à l’Arabie Saoudite et le moyen orient en général, Le Brexit reste toujours d’actualité, et plus récemment on constate une incertitude sur l’Iran. L’Europe, en revanche n’apparait pratiquement plus à ce chapitre que ce soit lié à la situation en Catalogne ou en Italie.
  • Les risques liés à la fin des politiques expansives des banques centrales et aux impacts que les resserrements qui vont en découler peuvent avoir sur la croissance et sur les marchés des capitaux. De plus, les risques liés à la hausse des taux US sont une des principales préoccupations du consensus, car 3 hausses sont prévues en 2018 mais certain pensent que cela pourrait être plus d’autres moins. A ce point, il faut ajouter le fait que le renouvellement d’une large partie des membres du comité « FOMC » de la FED, ajoute une source d’incertitude, même si, comme nous le disions dans notre précédente note, la nomination de Jerome POWELL est un gage de continuité dans la politique de la FED.
  • Les risques liés aux niveaux excessifs de la dette mondiale et à sa hausse continue. A ce titre, la Chine apparait dans le consensus comme le pays qui préoccupe le plus les intervenants de marchés, avec un exercice difficile pour le président Xi Jinping qui doit prioriser ses réformes financières, et une banque de Chine qui doit adopter une politique monétaire qui supporte l’économie, sans créer de surchauffe et crever la bulle de la dette.

Contexte actuel (05/01/2018) : Les autres potentiels risques.

Outre les trois principaux risques mentionnés ci-avant qui se retrouvent systématiquement dans les perspectives 2018, il existe d’autres craintes moins consensuelles mais suffisamment répétées pour les citer :

  • Craintes sur l’inflation, la bonne, qui tarde à se manifester, et surtout peur de la mauvaise (celle liée à la hausse des matières premières) qui viendrait perturber les scénarios de croissance.
  • Craintes liées aux taux bas et à la continuité des politiques des banques centrales qui veulent les maintenir bas, avec une possible inversion de la courbe des taux US : C’est un signal prouvé ces 50 dernières années d’une prochaine entrée en récession. A titre d’exemple, l’écart entre le 10ans et le 2ans américain a chuté de 140 bp (points de base) fin 2015 à 60bp début décembre 2017.
  • Craintes liées aux nombreuses réformes économiques critiques en Europe ou Inde qui tarderaient à se mettre en place. La encore sur les réformes, le Brexit apparaît.
  • Craintes liées à une possible anticipation de début de récession aux US en 2019, avec des marchés qui logiquement anticipent cela suffisamment longtemps à l’avance.
  • Craintes de surchauffe aux US avec un niveau d’emploi jamais vu depuis 1970, et que les marchés actions US n’aient que trop anticipés les réformes annoncées avant l’élection de Trump, par rapport à leur réalisation.

Tous ces risques sont à relativiser et expriment plutôt des craintes liées au fait que les investisseurs sont conscients qu’il faille prendre des risques pour apporter de la performance à leurs clients en regard des bas niveaux des rendements actuels. Plus les marchés actions vont monter, plus ces craintes vont s’exacerber car certains opérateurs considéreront alors ces marchés trop chers tandis que d’autres continueront à y voir un potentiel haussier. Après tout, c’est de cette confrontation que naît un marché.

Vous voulez en savoir plus ?

Pour avoir accès a l’intégralité de cette note, avec notre analyse sur le contexte actuel, nos stratégies d’investissement et les allocations par profils de risque SRRI qui en découlent, appelez-nous, ou inscrivez-vous en envoyant un mail à l’adresse suivante info@allocationsetconseils.fr . Pour bénéficier d’une période d’essai, complétez le formulaire dans l’onglet Nous contacter.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :